L'Est Républicain : "La vision corrigée au laser"

"Une technique récente de traitement de la cornée destinée notamment aux personnes atteintes de myopie a été utilisée hier pour la première fois dans le Grand Est à Nancy. "

estrepu vision corrigee laser

 

La vision corrigée au laser

Une technologie récente de traitement de la cornée destiné notamment aux personnes atteintes de myopie qui a été utilisées hier pour la première fois dans le Grand Est à Nancy.

Nancy - 5 minutes seulement après l'intervention, l'ophtalmologiste désigne une série de lettres affichées aux murs à Céline. "Z, D, N, L" énumère cette Lorraine de 32 ans, les yeux encore tout embués. "Avec ses lentilles elle ne serait jamais arrivé à lire" commente le compagnon de la jeune femme, première patiente du Grand Est a bénéficier, hier matin à la clinique Louis Pasteur d'Essey-les-Nancy, d'un traitement par laser femtoseconde. Un équipement d'une valeur de 400 000 €, tout juste acquis par cet établissement de la banlieue Est de Nancy (Centre de la Vision), qui n'avait jusqu'à présent été mis en service qu'à Paris, Marseille et Nice. Atteinte de myopie, Céline ne voyait "rien de loin" jusqu'à cette intervention. Elle n'aura désormais plus besoin de ses lentilles, qu'elle portait "depuis 17 ans" et "supportait de moins en moins". L'intervention pratiqués sur la jeune femme est couramment réalisé depuis plusieurs années en France pour corriger des problèmes courants de la vision myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie. La nouveauté d'hier réside la technologie utilisé, "qui est en train de révolutionner tout un secteur de la chirurgie oculaire", selon le docteur Damien gatinel, ophtalmologiste à la Fondation Rothschild et à l'hôpital Bichat, présent hier à la clinique Louis Pasteur où une formation était organisée à l'attention de praticiens de la région.

Plus de sécurité
L'opération pratiquée par le docteur Frédéric HEHN, ophtalmologiste à Louis Pasteur, consiste à "resculter" l'intérieur de la cornée du patient, cette membrane transparente située à l'avant de l'oeil, à l'aide d'un laser de type Excimer. Il faut toutefois retirer une lamelle à la surface de la cornée, qui sera réappliquée à l'issue du traitement. Cette découpe du "capot" était jusqu'alors effectuée avec une lame, une sorte de petit rabot. C'est ce geste mécanique qui a été remplacé hier par l'emploi d'un laser dernier cri, le laser chirurgical femtoseconde, un appareil conçu par le laboratoire suisse Ziemer qui permet également de pratiquer des greffes de cornée "d'une précision optimale".
À la clinique d'Essey, l'intervention se déroule sous anesthésie locale. La patiente reçois quelques gouttes de collyre dans l'oeil, un bras articulé positionne le laser au-dessus de son visage, centrée sur sa pupille. Les médecins interviennent sous microscope, sachant que le capot a une épaisseur de 100 à 110 microns son décollement au laser femtoseconde prend moins de 30 secondes. Le temps de traiter les défauts de vision puis le capot est replacé à son emplacement d'origine, où il se ressoudra en 2 à 3 jours.
Par rapport à l'emploi d'une lame, cette nouvelle technologie offre "plus de sécurité, permet de découper un capot dont l'épaisseur varie peu. Avec la lame, on observe parfois des complications liées au fait que le capot était trop épais, trop profond", indique le docteur Gatinel.

Non remboursée
L'intervention sur les deux yeux dur un quart d'heure, sans douleur. En général, le patient retrouve une acuité normale dès le lendemain. A la clinique Louis Pasteur, entre 800 et 1000 personnes reçoivent chaque année un traitement de chirurgie réfractive de ce type, réservé aux adultes, puis remisent leurs lunettes et lentilles au placard. Le docteur HEHN estime qu'environ la moitié de ses patients devrait pouvoir à l'avenir être traité au laser femtoseconde qui n'est pas indiqué pour toutes les situations. L'autre limite est financière. D'un coût de 1000 à 2000 € l'oeil, l'intervention n'est pas remboursé par la sécurité sociale, certaines mutuelles commencent toutefois à participer à hauteur de 30 à 40 %.

(Est Républicain 21 juin 2017)

Congrès - Evènements

Ils parlent de nous :  250px F3 Lorraine  estrépub   LE REPUBLICAIN LORRAIN  nancyfemmes rectangle

{jumi[*14]}